jueves, 16 de abril de 2015

Souvenir (Ma France)





Lorsque j’étais enfant, j’aimais de bon matin,
Réchauffer mes deux mains sur un grand bol de lait,
Descendre les trois marches menant au jardin,
Et terminer mes rêves assis sur l’escalier,


L’existence n’était qu’un livre aux pages blanches,
Où ma plume insouciante écrivait sans penser,
Tout me semblait possible et tout me souriait,
La vie n’était pour moi qu’un éternel dimanche,


Puis je pris mon envol, en laissant en arrière,
Les souvenirs heureux et les tendres années,
Frémissant d’impatience, piétinant le passé,
Je m’enfuis vers le Sud en oubliant l’hiver,



Et de cette ville étrangère à mon cœur,
Que je t’écris  ma France et rallume la flamme,
Qu’aujourd’hui je ramasse les lambeaux de mon âme,
Pour retrouver en moi, de l’hier la couleur


Lorsque j’étais enfant,
Je ne t’aimais pas tant…



No hay comentarios:

Publicar un comentario